chercher

S’épanouir dans l’adversité, 1ère partie : la réaction de survie

Écrit par Dr. Jo Maddocks, Chef psychologue
Auparavant publié par PSI Talent Management ou Cubiks, avant de devenir Talogy.

Dans le monde entier, nous sommes individuellement et nationalement à des stades différents dans la manière de répondre, de gérer et, si tout va bien, de nous remettre de la pandémie de COVID-19.  Il y a quatre étapes que nous traversons pour faire face à l’adversité, et le PSI Thrive Cycle of Resilience aborde les étapes psychologiques de l’adaptation au changement et à l’adversité. Dans ce blog, j’aborderai la première de ces quatre étapes (Survivre), avec des conseils sur la façon de réussir à traverser cette étape par rapport à la pandémie actuelle et au confinement. Restez à l’écoute des prochains blogs, où j’aborderai chacune des étapes suivantes du cycle Prospérer. 

Le cycle de résilience PSI Thrive

  1. Survivre : Comment nous réagissons initialement à l’adversité 
  2. S’adapter : Comment nous nous adaptons au changement et à l’adversité 
  3. Récupérer : Comment nous rebondissons après un obstacle et l’adversité
  4. S’épanouir : Comment nous progressons et devenons plus résilients face à l’adversité 
Cycle Prospérer de Talogy

Chaque étape peut durer plus ou moins longtemps. Parfois, nous restons bloqués à l’une de ces étapes, ce qui rend difficile le passage à l’étape suivante. Il est important de reconnaître que passer par chaque phase est normal et nécessaire. Au début de la crise du COVID-19, la tentation était forte de nier ou d’ignorer les dangers potentiels, et il a fallu du temps à beaucoup d’entre nous pour atteindre la phase Survivre. Nous avons choisi de nous accrocher aux faux espoirs et à la désinformation qui correspondaient à nos points de vues : « Il ne nous atteindra pas en Occident », « C’est juste un rhume », « Il n’affecte que les personnes âgées », « Se laver les mains est la solution. »  Pourtant, la réalité est la réalité, et la plupart d’entre nous, confrontés à l’adversité, tomberont tôt ou tard dans la zone de survie pendant un certain temps. Le temps que nous passerons dans cette zone dépendra de nombreux facteurs, dont l’un est notre niveau de résilience.  

L’étape Survivre 

La phase de survie est caractérisée par des sentiments de peur et d’anxiété qui peuvent nous amener à réagir de manière excessive et à faire ressortir le pire de notre comportement. Rappelez-vous les achats en panique dans les magasins, le fait d’accuser les autres de transmettre le virus, et le fait de prendre soin de soi au détriment des autres, par exemple. Ce qui est important, c’est que nous ne restions pas coincés dans cette phase. Le risque est que nous dramatisions et exagérions les problèmes. Nos cerveaux sont câblés pour mettre l’accent sur les mauvaises nouvelles, qui ne manquent pas à l’heure actuelle. Chaque jour, nous sommes informés du nombre de personnes décédées à cause du virus. Pouvez-vous imaginer si c’est ce que nous ferions pour toutes les autres maladies, accidents et décès qui se produisent encore chaque jour dans tous les pays du monde ? Comme la vie serait déprimante ! J’ai remarqué récemment dans le journal un seul petit paragraphe décrivant une autre atrocité terroriste en France. Il y a seulement quelques semaines, cela aurait fait la une des journaux, provoqué l’indignation internationale et été au centre de notre attention. Là où nous concentrons notre attention, c’est dans une large mesure notre réalité. Pour passer du stade de la survie à celui de l’adaptation, nous devons détourner notre attention de la peur et de l’anxiété pour la diriger vers des émotions plus positives et constructives, telles que l’acceptation, l’espoir et l’appréciation.  

  • Mettre l’accent sur l’attention : Une façon d’y parvenir est de mettre l’accent de notre attention sur les informations positives et de nous éloigner des pensées négatives. Par exemple, apprécier le temps inhabituellement clément, ne pas se rendre au travail tous les jours, profiter du calme sur les routes et apprécier le temps passé avec les membres de la famille.  
  • Imaginaire positif : Une autre façon consiste à ce que notre imagination mette l’accent sur des résultats positifs plutôt que sur des attentes négatives. N’oubliez pas que notre cerveau est programmé pour mettre l’accent sur les menaces, les risques et les dangers. Si on lui laisse le champ libre, notre imagination se focalisera sur ce qui pourrait mal tourner, ce qui nous rendra anxieux et inquiets. Pour compenser cette tendance naturelle, nous devons utiliser activement notre imagination pour mettre l’accent sur les résultats positifs et les possibilités. Par exemple, que recherchez-vous ? Comment pourriez-vous améliorer les choses ? Quel est le meilleur résultat possible ? 
  • Langage positif : Une autre considération est notre utilisation du langage. Le langage négatif est une maladie contagieuse au même titre que le virus physique. Au début de l’épidémie au Royaume-Uni, une grande partie des médias étaient dans une frénésie aux proportions apocalyptiques. Beaucoup de ceux de ma profession ont renforcé le message que nous sommes tous en crise, que nous connaissons des niveaux d’anxiété sans précédent et que nous avons besoin d’une aide psychologique. Il est important de faire la distinction entre une crise mondiale et nous-mêmes étant en crise. Il y a beaucoup d’individus dont la vie est véritablement en crise, mais il y en a beaucoup d’autres dont la crise se perpétue par une affirmation négative constante. Notre cerveau est un organe de correspondance de modèles, si nous utilisons perpétuellement des expressions comme crise, catastrophe et dépression pour nous décrire, alors notre cerveau inconscient passera son temps à chercher la confirmation de ces attentes et créera une spirale négative continue. Si nous voulons réduire notre anxiété et créer un état d’esprit plus positif, nous devons plutôt utiliser un langage et des affirmations plus positifs. 
  • Un état d’esprit positif : Un état d’esprit positif ou « Prospérer » est à l’opposé d’un « état d’esprit Survivre ». Sous l’effet du stress, le cerveau passe à un mode de survie plus primitif – pour protéger et conserver – même si la meilleure façon de survivre aux difficultés des temps modernes est de rechercher des opportunités et d’être créatif. Cela se traduit par une réaction de combat, de fuite ou de gel face à une menace perçue, également appelée « détournement émotionnel ». Bien que bénéfique dans des situations mettant la vie en danger, cette réponse de survie peut avoir d’autres effets secondaires négatifs tels qu’une réduction catastrophique du QI, une incapacité à penser rationnellement et une résolution de problèmes altérée. En adoptant et en pratiquant habituellement un état d’esprit positif, les gens peuvent contrer le réglage par défaut négatif du cerveau.  

Dans mon prochain article sur le blog, j’aborderai la deuxième étape du cycle Prospérer en relation avec la pandémie et le confinement et comment nous nous adaptons au changement et à l’adversité. 

Développer des organisations résilientes

À la suite de la quatrième révolution industrielle et de la récente pandémie, le changement est désormais constant et implacable.

Malgré les vastes opportunités offertes par le changement, des problèmes tels que l’augmentation du stress, le burnout et la baisse du bien-être sont en augmentation, ce qui souligne l’importance indéniable de la résilience organisationnelle.

Pour survivre et prospérer maintenant, il est essentiel que les leaders renforcent leur résilience afin de pouvoir bien réagir au changement et se remettre des obstacles. En apprenant cela, ils ont alors un impact direct sur la résilience de leurs équipes puisque l’ingrédient le plus critique pour une organisation résiliente est son personnel résilient.

Il a été démontré que les salariés hautement résilients sont 43 % plus productifs, 47 % plus engagés au travail et deux fois plus susceptibles de rester dans leur organisation actuelle.

Téléchargez notre livre blanc maintenant pour découvrir :
 

  • Qu’est-ce que la résilience ?
  • Comment la résilience impacte-t-elle les organisations ?
  • Les huit stratégies clés de développement de la résilience
  • Comment relier la résilience individuelle à la résilience organisationnelle
Télécharger maintenant
building resilient organizations cta whitepaper cover
Decoration